shopping-bag 0
Items : 0
Sous-total : 0,00 €
Voir le panier Commandez

Soirée du 4 avril

Une foule difficile a endiguer

Très tôt dans la soirée alors que nous attendions depuis 20h30, arrivait à 22h05  une première vaguelette de 5-6 participants, suivie d’une seconde d’environ 4 personnes à 22h30 , puis, demie heure par demie heure se remplissait la salle, dans laquelle depuis 2 heures  une puissante sono diffusait en permanence une musique « si l’on peut dire » car  ressemblant plus à celle d’un bruit de tracteur équipé d’un gros moteur diesel. Outre les décibels, pour corser le tout il y avait aussi des lâchers de bouffées de fumées, qui rendaient l’ambiance beaucoup plus diffuse. Or, la foule qui commençait à être importante aux environs de 23h30 (une cinquantaine de personnes)  devenait de plus en plus difficile à endiguer, mais tout se passait dans les meilleures conditions.  Heureux ceux qui participaient à cette sympathique et géniale hyper soirée, certains regretteront sans aucun doute de n’y avoir participé. Petit détail dit en passant, le caissier très sérieux dans sa fonction, ouvrait de temps à autres  la caisse buvette  afin d’éviter que la charnière de celle-ci ne se grippe. Enfin passé minuit, une centaine de personnes finissait par se trémousser aux rythmes endiablés d’une musique de plus en plus forte, au point que la piste de danse devenait trop exiguë.
Enfin,  à une heure plus tardive, la soirée devait s’achever, il fallait ranger le matériel, et procèder au nettoyage des locaux. No probleme, car de courageuses personnes étaient encore là pour le faire, puis il faut noter la tenue remarquable du Vice Président qui assumait malgré une fatigue bien légitime, la clôture de la soirée après que tout le bazar assourdissant  ait été rangé.

Après avoir dressé un bilan provisoire de la soirée, après avoir payé la sono, après avoir payé les vigiles, il ne restait que des fonds de caisse  négatifs, autrement dit,  bénéfice zéro et déficit à préciser.

En fait, tous, connaissons le Téléthon, tous, connaissons le Sarkoton, peut être alors, pouvons nous créer le Josefthon pour renflouer la caisse de l’association.
Ceci dit, ce n’est que de l’humour à prendre, au second degré et comprendra celui qui voudra bien comprendre.

B. JOUANIN

1 Réponse

Laissez une réponse